En direct du Conseil APF de département - Page 5

  • Billet d'humeur d'Eric le Chaix

    Grandeur d’âme

    2035246322.pngMercredi 16 mars, nous étions quelques personnes en situation de handicap (moteur, sensoriel, mental) à mener une action de sensibilisation en faveur de 110 élèves de cours moyen.


    L’accueil a été excellent, les enfants se sont montrés intéressés, questionnant de manière pertinente notre histoire, notre quotidien, notre regard sur la vie, nos réactions aux situations qui mettent mal à l’aise, « de quel bois nous nous chauffons » en résumé.


    Je voudrai rendre ici un hommage appuyé à Damien et Dominique, qui, à mes côtés, questionnés sur leur état d’âme lorsque le monde environnant est inadapté, indifférent, moqueur voire cruel m’ont « bluffé » par la sagesse de leur réponse et leur capacité à « encaisser les coups » avec philosophie, résignation ? Je m’explique, l’un est porteur d’un handicap fonctionnel de naissance, affectant la marche et l’élocution, l’autre lutte pour être reconnu dans son travail (en milieu adapté) et dans sa vie artistique (il est intégré à un groupe de musique traditionnelle bretonne à Orvault) et ce, malgré une maladie rare réduisant ses ressources intellectuelles.


    Tous deux ont dit clairement qu’il vivait « bien » leur handicap malgré les aléas d’un tel environnement : quelques comportements peu sympathiques parmi les gens qu’ils ont pu côtoyer. Leur réactions :« c’est dommage qu’ils ne connaissent pas notre valeur »« tant pis pour eux, ils passent à côté d’une dimension importante de la vie : le respect de la différence », « s’ils savaient qui nous sommes ils ne diraient pas cela ».


    Ne soyons pas « bise nounours » j’ai perçu en effet, entre les lignes, les blessures profondes consécutives à ces situations humiliantes et/ou discriminantes. Alors, oui, chapeau bas à mes amis pour cette leçon de vie donnée aux enfants par l’exemple : Damien et Dominique sont à mes yeux de vrais combattants des Droits de l’Homme, par leur posture tellement digne face à l’injustice. Cela n’ôte, il me faut le préciser, aucunement la valeur d’autres formes d’action, revendicative pas plus que l’explosion de la colère : il y a un temps pour tout !


    Nous avons appelé (avec des mots simples) ces enfants, futurs « citoyens adultes » à monter l’exemple à leur parents, à dénoncer les comportements inadéquats, à rendre la société plus tolérante, compréhensive, et attentive aux plus vulnérables : qu’elle sache accueillir et respecter toutes les différences, qu’elle s’enrichisse de cette diversité. Le monde sera meilleur ainsi, comme nous hier matin, dans cette école publique de l’agglomération nantaise nous avons goûté à la douce caresse de la considération réciproque.

    Eric LE CHAIX,Conseiller APF de Département

  • Billet d'humeur Françoise Breillard

    Photo Françoise Breillard.pngUn petit hommage

    Un jeune qui a du mal à marcher. Ses pieds s'emmêlent. Il trébuche. Éclats de rire de ses camarades. Il s'est un peu égratigné la main, mais çà va. Il se relève, triste. Il n'en est pas à sa première moquerie. Mais, très vite, les autres s'excusent. Ils parlent du handicap, ce n'est pas drôle finalement. Et Baptiste de m’expliquer ses difficultés. Je n'avais même pas remarqué. Il n'a pas demandé à prendre l'ascenseur pour se faciliter la montée et descente des escaliers pendant la visite que j'anime. Il se bat...

    Françoise Breillard, Conseillère APF de Département

  • Billet d'humeur de Christine Brandelet

    Photo Christine BRANDELET.jpgEnsemble pour l’égalité et contre les discriminations

    Samedi 30 janvier, la ville de Nantes invitait les associations à une matinée d’échanges et de propositions sur ce thème. L’APF a répondu présent. Nous étions 6 à la représenter parmi la centaine de participants venant d’associations très diverses. Tout ce monde s’est réparti entre 5 ateliers de travail
    Avec moi, dans l’atelier "points sensibles dans l’accès à un bien, un droit ou un service" des assos de migrants, de gens du voyage, de personnes ayant un handicap visuel, des groupes d’entraide mutuelle, des assos culturelles ou caritatives... Une bonne ambiance: écoute, bonne volonté, entraide, envie de témoigner et de faire changer les choses.
    Beaucoup de problèmes communs comme l’accès à la scolarité, les difficultés à connaitre ses droits et les faire respecter, les dossiers auxquels il manque toujours quelque chose et les délais d’attente, le regard des autres, les préjugés.
    Les propositions du groupe privilégient des réponses multiples pour s’adapter à tous les publics : ainsi en cas de discrimination, on pourrait appeler un numéro vert ou utiliser une application informatique ou être accueilli dans un lieu convivial. La formation-sensibilisation des personnels d’accueil est nécessaire mais il faut prévoir aussi des consignes écrites pour les intervenants occasionnels. Pour mieux vivre ensemble, des sensibilisations grand public devraient être montées : recenser les outils disponibles, les adapter et en mettre au point
    Après la mise en commun des travaux des 5 ateliers, pour terminer cette matinée studieuse dans une ambiance festive, Nantes nous a tous réunis autour d’une paella.

    Christine Brandelet, Conseillère APF de Département

  • Billet d'humeur de Jean-Pierre Blain

    Photo Jean-Pierre Blain.pngCandidature Paris 2024 pour les Jeux Olympiques

    Comme tout le monde, j'ai découvert la mise en scène de la candidature de Paris pour les prochains Jeux Olympiques de 2024.

    Pourquoi motiver tant de sportifs, supporters et mécènes pour des jeux que nous n'aurons probablement pas : pour la simple et bonne raison que les autorités internationales vont nous signifier (en termes diplomatiques bien sûr !) La France ne sera pas assez accessible pour accueillir les jeux paralympics qui suivent habituellement cette grande fête sportive (et commerciale).

    En effet, outre les équipements sportifs qui regorgeront de "détails qui tuent" en matière d'accessibilité grâce aux assouplissements débiles des Ad'AP, les 5000 logements prévus en région parisienne pour accueillir les sportifs risquent ou seront, en grande partie, inaccessible pour la plupart des athlètes handicapés.

    Qu'on ne se méprenne pas, les organisations internationales sont beaucoup plus attentive aux discriminations que nos responsables nationaux !

    J'espère, malgré tout, être dans l'erreur d'appréciation, à moins d'un véritable sursaut citoyen que je n'entrevois, malheureusement, pas aujourd'hui.

    Jean-Pierre Blain,Conseiller APF de département

  • Billet d'humeur de Damien Ribeyrol

    Photo Damien RIBEYROL.pngEn décembre nous avons été visiter l’exposition « Tromelin l’ile des esclaves Oubliés » avec le Groupe Nautique de l’APF, au château des ducs de Bretagne. Nous étions 6 personnes dont 2 personnes non-voyantes.

    J’avais prévenu que nous étions avec des personnes non-voyantes. La guide avait tout prévu : maquette de l’ile afin de la faire découvrir aux personnes non-voyantes, objets à toucher, cartels en braille…

    J’ai trouvé cette initiative super !

    Continuons à travailler ensemble (associations, directeurs de musées, médiateurs culturels …) pour rendre accessibles les expositions et les musées à toutes formes de handicap.

    Damien Ribeyrol, Conseiller APF de département

  • Billet d'humeur de Karl Wisniewski

    2015 0417 Karl.JPGBonjour à tous,
     
    Depuis que je suis arrivé au Conseil APF de département le 8 septembre , j'ai appris beaucoup de choses
     
    Je promets de faire avancer les choses et les combats pour les personnes en situation de handicap, car pour moi c’est un de mes grands souhaits en étant au conseil APF. Très prochainement, je vais aller rendre visite notamment aux Groupe relais de l’APF pour me faire connaître auprès de vous, écouter vos envies, vos attentes, vos souhaits. J’ai quand même une pensée au Groupe Jeunes de l’APF44 dont j'ai l'honneur d'être le référent et sans qui je ne serais pas au niveau que j’ai aujourd’hui.
     
    Et enfin comme j’ai coutume de dire en réunion, la devise de la France “liberté, égalité, fraternité”. je crois qu’on doit aller tous dans le même sens.
     
    A bientôt. Et n’oubliez pas, c’est vous qui faites avancer l’APF en Loire Atlantique.
     
    Karl Wisniewski
    Conseiller APF de Loire-Atlantique

  • billet d'humeur d'Eric le Chaix

    2035246322.pngIl est encore temps pour offrir à nos correspondants nos vœux les plus chaleureux pour cette nouvelle année : nous pourrions énoncer bien des sujets sur lesquels des progrès sont à faire pour améliorer nos vies ! Parfois de toutes petites choses pourraient les illuminer sans que cela coûte à quiconque l’ombre d’un euro…

    Allez, il faut bien commencer, je me lance pour un premier vœu : que tombent les peurs !

    Une illustration : je circulais la semaine passée dans les couloirs de la galerie marchande d’Auchan à Saint Sébastien sur Loire, j’aperçois, alors que les soldes battent leur plein, une très jeune femme qui, employée par les commerçants pour l’animation de la journée, tablette numérique en main, hèle le passant pour lui proposer un jeu. Il s’agit de gagner un bon de réduction en effleurant l’écran de « l’ardoise magique » : gagné ou perdu, ça va très vite, nombreux sont les curieux de tous âge qui s’arrêtent.

    Au gré de mes allers et retours je vois que, contrairement aux autres passants, la jeune animatrice ne me sollicite pas. Un peu surpris, voire amusé, alors que mon épouse (qui coure les soldes) dois me rejoindre au milieu de la foule, je fixe volontairement un point de ralliement facile à trouver, à 2 mètres de ladite jeune femme qui interpelle « tout le monde » activement.

    Je suis installé face à elle, adossé à un pilier, en fauteuil roulant je trouve ça pratique : j’ai un champ de vision qui me permettra de voir ma belle arriver au milieu de la foule.

    Et bien, croyez-le, quelques instants passent, l’animatrice se retrouve petit à petit seule avec moi, plus un badaud à l’horizon, juste moi et elle… sauf que… suis-je transparent ? Elle semble ne pas me voir alors je moi… j’aperçois sous son mon nez son regard qui m’évite… j’entreprends alors de la fixer avec insistance… Après un temps qui m’a paru interminable, elle ose enfin s’avancer, un son timide sort de sa bouche « voulez-vous gagner… ?» : ouf, j’existe ! Je n’ai pas gagné le bon de « réduction »… mais… j’ai « grandi » tout d’un coup puisqu’elle m’a…vu !

    Tout ça pour vous souhaiter à l’aube de l’année nouvelle que tombent les peurs, que s’écroulent très vite les murs du silence pour laisser place à la rencontre : personnes exilées, isolées, étrangères, handicapées, différentes… que « grandisse » l’humanité et que tous nous ayons la chance de vivre la fraternité !

     Bien amicalement

    Eric LE CHAIX,Conseiller APF de Département

  • Revue de presse - L'Association des Paralysés de France préparent ses actions

    SKMBT_28315121516510.jpg

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir