Des acteurs engagés

  • Les courts-métrages des AJT du 44 sont en ligne !

    En février 2019, les AJT du 44 - Groupe jeunes de la Délégation APF France handicap de Loire-Atlantique - ont réalisé deux vidéos de sensibilisation au handicap, grâce au soutien de Rémy Pottier, étudiant à MJM, école de cinéma à Nantes. Le Groupe a défini les thématiques des vidéos, écrit collectivement les scénarios et s'est prêté au jeu d’acteurs devant la caméra.

    Ils ont été diffusés en avant-première lors de la soirée Bouge Les Lignes qui s'est déroulée à Trempolino jeudi 16 mai 2019.



  • APF France handicap appelle à manifester aujourd'hui dans les rues de Paris // Ouest-France 14/05/2019

    APF France handicap appelle à une mobilisation nationale ce mardi 14 mai à Paris. Selon l’association les promesses d’Emmanuel Macron en faveur des personnes handicapées ne se sont pas concrétisées.

    Le cortège doit s’élancer vers midi depuis la place d’Italie vers celle de la République, via l’Assemblée nationale. Les organisateurs entendent remettre une lettre ouverte au chef de l’État.

     

    Déception


    Deux ans après l’élection d’Emmanuel Macron qui avait promis de faire du handicap « un thème prioritaire de son quinquennat », AFP France handicap fait part de sa déception. Malgré l’annonce récente du gouvernement de la hausse de l’allocation adulte handicapé de 40 € à partir du mois de septembre, le constat global est « extrêmement mitigé », a indiqué son président, Alain Rochon lors d’une conférence de presse le 7 mai dernier.

    Une majorité de personnes handicapées a toujours le sentiment que ses droits fondamentaux sont «bafoués», voire « en régression », a-t-il poursuivi, soulignant le « décalage considérable » entre les annonces du gouvernement et le « vécu quotidien » des personnes handicapées.

     

    Caravane des droits


    Selon une enquête Ifop réalisée pour l’APF auprès de 2 534 personnes handicapées et 933 proches, seules 6 % considèrent que la situation des personnes handicapées s’est améliorée depuis le précédent quinquennat et 11 % se disent satisfaites de l’action du chef de l’État.

    À l’inverse, 83 % estiment que ses engagements de campagne n’ont pas été tenus, et 89 % ne lui font pas confiance pour que les difficultés des personnes handicapées soient mieux prises en compte dans la société.

    Sondage à l’appui, les militants d’APF vont se mobiliser cette semaine via une « caravane pour les droits » qui partira de Rennes, Strasbourg, Grenoble et Montpellier, puis sillonnera la France à travers 20 villes-étapes, avant de converger vers Paris le 14 mai, jour anniversaire de l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron à l’Élysée.

     

    Inscription de la Constitution

    Parmi leurs revendications, les militants demandent que la notion de handicap soit inscrite dans la Constitution - de manière à assurer l’égalité des citoyens devant la loi « sans distinction de sexe, d’origine, de handicap ou de religion » -, et de mettre fin à l'« injustice » qui consiste à prendre en compte les revenus du conjoint dans les critères d’attribution de l’AAH.

    Ils souhaitent également que tous les logements neufs construits en France soient accessibles aux personnes handicapées - et non pas 20 % d’entre eux, comme le prévoit la loi Elan adoptée en octobre dernier. L’APF espère que cette mobilisation pèsera « sur les annonces qui seront faites par le président de la République avant ou juste après l’été, à l’issue de la conférence nationale du handicap », a expliqué Alain Rochon.

     

    Découvrez l'article sur le site de Ouest-France.

  • Retour sur le café-débat "Discrimination !"

    Vendredi 26 avril, une quarantaine de personnes étaient présentes au café-débat "Discrimination ! En situation de handicap, vie privée, vie publique, où en sommes-nous?", organisé conjointement par la Ligue des Droits de l'Homme et APF France handicap.

    Les échanges ont concerné principalement l'emploi, l'éducation et la formation, le logement ainsi que la vie de famille.

    De nombreuses personnes ont pris la parole afin de témoigner de leur quotidien, de celui de leurs proches ou encore afin de donner des exemples dans leur contexte professionnel.

    Il en est ressorti que - même si les inégalités persistent - nous pouvons observer une évolution positive en ce qui concerne le handicap ces dernières années. S'il y a toujours de mauvais élèves, de nombreuses entreprises s'engagent afin de pouvoir adapter des postes à des personnes en situation de handicap et l'inclusion à l'école fait son chemin.

    Merci à notre partenaire la Macif ainsi qu'à l'ESAT Sésame Services de la Montagne qui nous a fourni le buffet !

    DSC_9365.JPG

    DSC_9399.JPG

    DSC_9376.JPG

    DSC_9400.JPG

    DSC_9401.JPG

    DSC_9404.JPG

    DSC_9413.JPG

  • Dans le désert, au-delà du handicap

    L’association Au-delà du regard est née en 2006 d’une passion pour le désert comme espace de liberté, de simplicité et d’authenticité et du désir de partager cette expérience avec des personnes en situation de handicap visuel.

    Dans un espace accueillant, sans bruit ni obstacle, il devient possible pour des jeunes malvoyants et non-voyants, d’oser marcher et même courir seul sans barrière ni limite, souvent pour la première fois. Vivre cette aventure leur permet de prendre confiance, de dépasser leurs limites et leur ouvre d’autres horizons.

    L'an dernier, un film documentaire "Au-delà du regard, oser le désert" a été réalisé.

    Vous pouvez le découvrir au cinéma le Beaulieu à Bouguenais le mercredi 24 avril ou au cinéma Saint-Paul de Rezé le vendredi 26 avril.

     

    OF 10042019.jpg

  • Merci Jean-Pierre! (décès du président du CCAPH 44)

    APF France handicap s'associe à l'ensemble du secteur associatif pour témoigner sa vive émotion avec le décès, ce samedi 6 avril, de Jean-Pierre HURTAUD, président du Comité de Coordination des Associations de Personnes Handicapées  en 44 (CCAPH 44). Toutes nos condoléances à ses proches.

    Jean-Pierre était aussi adhérent d'APF France handicap. Jean-Pierre était notre ami, il était un frère dans l’action militante que nous menons pour que les personnes en situation de handicap et leurs familles soient citoyennes à part entière. Jean-Pierre était un infatigable meneur d’actions, de participation aux projets des associations. Tant d’actions menées ensemble au sein d’APF France handicap qu’avec le CCAPH 44 dont il était l’un des fondateurs et le président depuis son lancement dans les années 1990. Nous assurions le Secrétariat du collectif, donc tant de coups de fil, de rencontres pour affiner notre stratégie inter-associative.


    Il participait à nos actions de défense des droits, nous nous souvenons de son aide précieuse pour aider les personnes dans les démarches concernant l’emploi, étant donné son expérience forte, notamment au niveau national.

    Il participait à toutes les AG de l’APF, aux repas de Noël avec son épouse Marie-France.

    Manifestations pour la défense de l’école inclusive, de la loi handicap du 11 février 2005, le mouvement Ni Pauvre Ni Soumis, etc. Il était de tous les combats, n’abdiquant jamais.
    Nous l’avons avec nous dans notre cœur, comme un modèle, il va nous manquer comme à vous bien sûr. Nous continuerons à agir, à prôner une société solidaire, juste, non-discriminante, ces valeurs-là qu’il a incarné toute sa vie. MERCI JEAN-PIERRE!

     

    Denyse Le Berre, Représentante départementale et Grégoire Charmois, Directeur

  • Café-débat handicap et discrimination avec la Ligue des Droits de l'Homme // 26 avril 2019

    APF France handicap et la Ligue des Droits de l'Homme s'associent afin de vous proposer un café-débat autour du handicap et des discriminations.

    Venez échanger autour des sujets dont on parle beaucoup dans les médias comme l'emploi et l'accessibilité mais aussi autour de sujets plus tabous comme la famille ou la vie affective.

     

    Discrimination !

    En situation de handicap, vie privée, vie publique, où en sommes-nous ?

    Vendredi 26 avril à 19H au Rez-de-Chaussée de la Manufacture, boulevard Stalingrad à Nantes.

     

    Gratuit et ouvert à toutes et tous

    INVITATION  LDH et APF France handicap CAFE-DEBAT Discriminations 26 avril 2019 VF-page-001.jpg

  • Un "stage de pauvreté obligatoire" proposé dans le grand débat

    Lundi 11 mars dernier Jean-Pierre Chambon, élu au Conseil APF de Département de Loire-Atlantique s'est rendu à une restitution des propositions émises à l'occasion du Grand Débat, au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

     

    Les personnes en situation de fragilité, victimes d'un handicap ou précaires, ont proposé lundi "un stage de pauvreté obligatoire pour les élus et les hauts fonctionnaires et travailleurs sociaux", parmi une vingtaine de propositions à verser au grand débat.

    Une dizaine de délégations représentant les plus vulnérables dans la société ont élaboré ces propositions lors de débats en région.

     

    Parmi les propositions, un RSA dès 18 ans et la revalorisation des minimas sociaux, la fin du nomadisme d'hôtel en hôtel pour les familles pauvres, des accueils de jour pour les sans-abris 7 jours sur 7 toute l'année ou encore la gratuité des transports en commun pour les ménages les plus modestes.

     

    Des dizaines de consultations locales ont été menées dans toute la France par Emmaüs Solidarité, des antennes locales du service civique, APF France handicap, le Samu social de Paris, l'Armée du Salut à Marseille et Mulhouse notamment.

     

    François, de la résidence William Booth de l'Armée du Salut à Marseille, Nadine, de l'association APF France Handicap, Gamal du Samu social de Paris et plusieurs dizaines d'autres ont fait état de leurs constats et de leurs solutions devant le ministre chargé de la Ville et du Logement Julien Denormandie et la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé Christelle Dubos.

     

    L'environnement n'a pas été oublié. "Tout le monde veut du bio, manger mieux est un enjeu de santé publique", a souligné Gamal. Bernadette, venue de Bretagne, a réclamé "la fin du glyphosate tout de suite", parce que "la santé de nos enfants c'est maintenant".

     

    Plusieurs délégués ont appelé les ministres à "faire appliquer les textes", qu'il s'agisse de la part des logements sociaux dans les villes ou de l'accessibilité pour les handicapés.

     

    Julien Denormandie a promis "non pas que tout sera repris mais que tout sera étudié avec précision".

     

    En préalable, les participants avaient noté qu'on les sollicitait toujours pour des témoignages, mais rarement pour leur expertise, une mise en garde pour la suite du grand débat.

     

    JPC.jpg