Des acteurs engagés

  • Cyrielle témoigne de ses onze mois de service civique à la Délégation: Merci !

    Et voilà ! Mes onze mois avec vous touchent à leur fin. J’ai passé une très bonne année au sein de cette association. Je suis fière d’y avoir fait mon service civique car j’y ai appris beaucoup et j’ai rencontré des personnes exceptionnelles.

    Après ces quelques mois auprès de vous tous, mon regard sur le handicap a évolué : j’ai découvert des handicaps auxquels je ne pensais pas systématiquement dès que l’on me disait « personnes en situation de handicap ». Je suis capable d’avoir un aperçu plus global de la notion de handicap et de me rendre réellement compte de leurs difficultés au quotidien. J’en avais conscience avant mais je fais beaucoup plus attention maintenant que je l’ai vécu avec les personnes en. J’ai aujourd’hui un regard plus large sur la notion d’accessibilité.     

    Avec mes études j’avais un regard technique sur le handicap : je ne le côtoyais pas tout en ayant conscience des difficultés que pouvait avoir une personne en situation de handicap mais j’étais vraiment loin de connaître toutes les complications (aménager son véhicule, le choix des horaires en fonction des aides, Proxitan…).

    Grâce à ce service civique je repars avec plus de connaissances et un nouveau regard sur le handicap.

     

    Cette expérience m’a aidé dans mes projets professionnels. Je sais maintenant que je préfère travailler dans le collectif et avec une équipe. Concernant un poste spécifique, je ne sais pas, il y en a beaucoup dans le social. Mais je peux diriger mes recherches d’emploi vers des critères plus précis c'est-à-dire : travailler en équipe, avec et pour le public accueilli. Je suis également en capacité de travailler auprès de personnes en situation de handicap physiques.

    Participer à cette expérience était importante pour moi et je repars avec plus d’acquis que je ne l’espérais. Elle a été très enrichissante, autant professionnellement que personnellement.

     

    On m’a demandé quel était mon pire souvenir au sein d’APF France handicap. Je ne dirais pas que c’était horrible mais ce que j’ai le moins aimé était les heures au Auchan St Sébastien lors de la période Handidon. J’y ai passé plusieurs heures à distribuer des flyers et quand je sortais il faisait nuit et froid. En plus c’était loin de chez moi… Enfin c’est le moment que je retiens comme « moins bien » mais cette expérience m’a appris d’être encore plus patiente et déterminée.

     

    On m’a également demandé quel était mon meilleur souvenir et je ne dirais pas que j’en ai un mais plusieurs. Le tout premier est celui où Guillaume m’a rappelé pour me dire que j’étais prise pour le service civique. J’étais à la fois excitée car j’avais hâte de commencer et soulagée car je savais ce que j’allais faire pendant l’année à venir : un service civique que j’avais choisi.

    Mon deuxième meilleur souvenir est celui où Grégoire m’a téléphoné lors des ventes Handidon en magasin pour me remercier et remercier les bénévoles présents sur cette action, cet appel m’a motivé et j’ai fortement apprécié le geste.

                   

     

    Un autre très bon souvenir est le repas APF de février, même s’il a été un peu compliqué car j’étais la seule personne de l’équipe « salariée ». Tout s’est finalement très bien déroulé et nous avons très bien mangé dans un lieu magnifique en bord de mer. C’est également ce jour-là que j’ai remarqué que les bénévoles et adhérents étaient contents de mon travail et m’avaient acceptée au sein de cette grande famille APF.

    Ensuite, il y a tous les moments de rires avec les bénévoles et adhérents lors des différentes actions APF, ventes HandiDon, ventes Fête du Sourire, Repas APF, repas de remerciement et j’en passe. Je repars avec des souvenirs plein la tête !

     

    Pour terminer mon retour sur cette année et vous dire au revoir, je vais vous parler de mes projets pour la suite. Pour l’année 2019-2020, je compte faire une « pause ». Ce que j’entends par là c’est que je vais faire de l’intérim afin de finaliser mes projets personnels (refaire ma chambre et ma garde-robe, décorer mon appartement, économiser pour partir en Corée du Sud, passer mon permis). Je ne vais pas travailler dans le social mais prendre cette année pour me consacrer à moi-même et mon entourage. J’ai besoin de cette pause afin de revenir de mon voyage revigorée et déterminée plus que jamais pour trouver un CDI, je l’espère, dans le social.

    Mais bien sûr je ne vous oublie pas et vais devenir adhérente APF France handicap suite à mon service civique !

     

    J’ai passé une très bonne année car l’équipe salariée APF est TOP ! Ainsi que tous ses bénévoles/adhérents que je suis ravie d’avoir rencontrés.

     

    Merci de m’avoir permis de connaître tous ça, je n’oublierai jamais mon passage parmi vous !

     

    A bientôt !

    Cyrielle Tancrel

  • Partenariat entre le GHT 44 et APF France handicap afin d'améliorer les prises en charge de l'enfant et de l'adolescent

    Le 5 juillet dernier, le Groupement Hospitalier de Territoire de Loire Atlantique (GHT 44) et APF France handicap, par la voie de l'établissement de santé pour les enfants et adolescent de la région nantaise (Esean), ont signé un partenariat réaffirmant les collaborations dans le domaine de la médecine physique et réadaptation, de la neuro-orthopédie pédiatrique et plus largement de la pédiatrie. Ce partenariat ouvre également de nouveaux champs de collaborations dans le domaine de la recherche médicale, des collaborations médicotechniques et des fonctions supports.

    Ce partenariat donne un cadre à plus d’une dizaine de médecins qui travaillent entre le CHU de Nantes, établissement support du GHT 44, et l’ESEAN, pour mieux prendre en charge des centaines d’enfants et adolescents par an. Orthopédistes pédiatriques, neurochirurgiens, médecins rééducateurs, pédiatres, onco-pédiatres partagent leur temps de travail entre ces deux établissements pour répondre à des besoins de consultations multi-disciplinaires, de staffs médicaux communs, et d’organisation de parcours patients entre le CHU, où sont pris en charge les patients pendant leur période aigüe, puis l’Esean, où se déploie une véritable expertise en termes de suivi et de réhabilitation pédiatrique.

    IMG_6079.JPG

    De gauche à droite autour de la table: Jean-Pierre Blain, Représentant élu d'APF France handicap, Sophie Picot, Présidente de la CME de l'ESEAN, Arnaud Goasguen, Directeur de l'ESEAN- APF France handicap, Philippe Sudreau, DG du CHU de Nantes, Pr. Brigitte Perrouin-Verbe, chef du Pôle MPR du CHU de Nantes

     

  • Les courts-métrages des AJT du 44 sont en ligne !

    En février 2019, les AJT du 44 - Groupe jeunes de la Délégation APF France handicap de Loire-Atlantique - ont réalisé deux vidéos de sensibilisation au handicap, grâce au soutien de Rémy Pottier, étudiant à MJM, école de cinéma à Nantes. Le Groupe a défini les thématiques des vidéos, écrit collectivement les scénarios et s'est prêté au jeu d’acteurs devant la caméra.

    Ils ont été diffusés en avant-première lors de la soirée Bouge Les Lignes qui s'est déroulée à Trempolino jeudi 16 mai 2019.



  • APF France handicap appelle à manifester aujourd'hui dans les rues de Paris // Ouest-France 14/05/2019

    APF France handicap appelle à une mobilisation nationale ce mardi 14 mai à Paris. Selon l’association les promesses d’Emmanuel Macron en faveur des personnes handicapées ne se sont pas concrétisées.

    Le cortège doit s’élancer vers midi depuis la place d’Italie vers celle de la République, via l’Assemblée nationale. Les organisateurs entendent remettre une lettre ouverte au chef de l’État.

     

    Déception


    Deux ans après l’élection d’Emmanuel Macron qui avait promis de faire du handicap « un thème prioritaire de son quinquennat », AFP France handicap fait part de sa déception. Malgré l’annonce récente du gouvernement de la hausse de l’allocation adulte handicapé de 40 € à partir du mois de septembre, le constat global est « extrêmement mitigé », a indiqué son président, Alain Rochon lors d’une conférence de presse le 7 mai dernier.

    Une majorité de personnes handicapées a toujours le sentiment que ses droits fondamentaux sont «bafoués», voire « en régression », a-t-il poursuivi, soulignant le « décalage considérable » entre les annonces du gouvernement et le « vécu quotidien » des personnes handicapées.

     

    Caravane des droits


    Selon une enquête Ifop réalisée pour l’APF auprès de 2 534 personnes handicapées et 933 proches, seules 6 % considèrent que la situation des personnes handicapées s’est améliorée depuis le précédent quinquennat et 11 % se disent satisfaites de l’action du chef de l’État.

    À l’inverse, 83 % estiment que ses engagements de campagne n’ont pas été tenus, et 89 % ne lui font pas confiance pour que les difficultés des personnes handicapées soient mieux prises en compte dans la société.

    Sondage à l’appui, les militants d’APF vont se mobiliser cette semaine via une « caravane pour les droits » qui partira de Rennes, Strasbourg, Grenoble et Montpellier, puis sillonnera la France à travers 20 villes-étapes, avant de converger vers Paris le 14 mai, jour anniversaire de l’entrée en fonction d’Emmanuel Macron à l’Élysée.

     

    Inscription de la Constitution

    Parmi leurs revendications, les militants demandent que la notion de handicap soit inscrite dans la Constitution - de manière à assurer l’égalité des citoyens devant la loi « sans distinction de sexe, d’origine, de handicap ou de religion » -, et de mettre fin à l'« injustice » qui consiste à prendre en compte les revenus du conjoint dans les critères d’attribution de l’AAH.

    Ils souhaitent également que tous les logements neufs construits en France soient accessibles aux personnes handicapées - et non pas 20 % d’entre eux, comme le prévoit la loi Elan adoptée en octobre dernier. L’APF espère que cette mobilisation pèsera « sur les annonces qui seront faites par le président de la République avant ou juste après l’été, à l’issue de la conférence nationale du handicap », a expliqué Alain Rochon.

     

    Découvrez l'article sur le site de Ouest-France.

  • Retour sur le café-débat "Discrimination !"

    Vendredi 26 avril, une quarantaine de personnes étaient présentes au café-débat "Discrimination ! En situation de handicap, vie privée, vie publique, où en sommes-nous?", organisé conjointement par la Ligue des Droits de l'Homme et APF France handicap.

    Les échanges ont concerné principalement l'emploi, l'éducation et la formation, le logement ainsi que la vie de famille.

    De nombreuses personnes ont pris la parole afin de témoigner de leur quotidien, de celui de leurs proches ou encore afin de donner des exemples dans leur contexte professionnel.

    Il en est ressorti que - même si les inégalités persistent - nous pouvons observer une évolution positive en ce qui concerne le handicap ces dernières années. S'il y a toujours de mauvais élèves, de nombreuses entreprises s'engagent afin de pouvoir adapter des postes à des personnes en situation de handicap et l'inclusion à l'école fait son chemin.

    Merci à notre partenaire la Macif ainsi qu'à l'ESAT Sésame Services de la Montagne qui nous a fourni le buffet !

    DSC_9365.JPG

    DSC_9399.JPG

    DSC_9376.JPG

    DSC_9400.JPG

    DSC_9401.JPG

    DSC_9404.JPG

    DSC_9413.JPG

  • Dans le désert, au-delà du handicap

    L’association Au-delà du regard est née en 2006 d’une passion pour le désert comme espace de liberté, de simplicité et d’authenticité et du désir de partager cette expérience avec des personnes en situation de handicap visuel.

    Dans un espace accueillant, sans bruit ni obstacle, il devient possible pour des jeunes malvoyants et non-voyants, d’oser marcher et même courir seul sans barrière ni limite, souvent pour la première fois. Vivre cette aventure leur permet de prendre confiance, de dépasser leurs limites et leur ouvre d’autres horizons.

    L'an dernier, un film documentaire "Au-delà du regard, oser le désert" a été réalisé.

    Vous pouvez le découvrir au cinéma le Beaulieu à Bouguenais le mercredi 24 avril ou au cinéma Saint-Paul de Rezé le vendredi 26 avril.

     

    OF 10042019.jpg

  • Merci Jean-Pierre! (décès du président du CCAPH 44)

    APF France handicap s'associe à l'ensemble du secteur associatif pour témoigner sa vive émotion avec le décès, ce samedi 6 avril, de Jean-Pierre HURTAUD, président du Comité de Coordination des Associations de Personnes Handicapées  en 44 (CCAPH 44). Toutes nos condoléances à ses proches.

    Jean-Pierre était aussi adhérent d'APF France handicap. Jean-Pierre était notre ami, il était un frère dans l’action militante que nous menons pour que les personnes en situation de handicap et leurs familles soient citoyennes à part entière. Jean-Pierre était un infatigable meneur d’actions, de participation aux projets des associations. Tant d’actions menées ensemble au sein d’APF France handicap qu’avec le CCAPH 44 dont il était l’un des fondateurs et le président depuis son lancement dans les années 1990. Nous assurions le Secrétariat du collectif, donc tant de coups de fil, de rencontres pour affiner notre stratégie inter-associative.


    Il participait à nos actions de défense des droits, nous nous souvenons de son aide précieuse pour aider les personnes dans les démarches concernant l’emploi, étant donné son expérience forte, notamment au niveau national.

    Il participait à toutes les AG de l’APF, aux repas de Noël avec son épouse Marie-France.

    Manifestations pour la défense de l’école inclusive, de la loi handicap du 11 février 2005, le mouvement Ni Pauvre Ni Soumis, etc. Il était de tous les combats, n’abdiquant jamais.
    Nous l’avons avec nous dans notre cœur, comme un modèle, il va nous manquer comme à vous bien sûr. Nous continuerons à agir, à prôner une société solidaire, juste, non-discriminante, ces valeurs-là qu’il a incarné toute sa vie. MERCI JEAN-PIERRE!

     

    Denyse Le Berre, Représentante départementale et Grégoire Charmois, Directeur