En direct du Conseil APF de département

  • Merci Marcel...

    C'est avec une grande tristesse que nous vous annonçons le décès brutal à l'âge de 71 ans de Marcel Le Hesran, élu du Conseil APF de Département 44 et militant APF France handicap de l'éducation inclusive.

    Toute la Délégation transmet son soutien et ses condoléances à son épouse Mylène et à son fils Matao en situation de handicap.

    "Marcel était engagé fortement sur la scolarisation et l'accès aux apprentissages des jeunes en situation de handicap, il était un pilier de notre Délégation en ce domaine" affirme Jean-Pierre Chambon, Représentant départemental. Marcel s'était formé et pratiquait depuis 2014 la médiation des apprentissages en développant les fonctions cognitives selon la méthode Feuerstein. Il accompagnait des jeunes partout en France. 

    Il était mobilisé avec notre association sur l'éducation inclusive, représentait l'association au CA de l'UDAF 44 et participait activement aux réflexions sur l'évolution de nos structures médico-sociales notamment à l'IEM de la Buissonnière à la Chapelle sur Erdre.

    "Liberté, égalité, Fraternité sont les valeurs que j’essaie de faire miennes et qui me guident modestement dans mes contributions ; que je résumerais aussi en considérant que chaque être est unique et doit avoir sa place dans la société, et c’est au groupe (et /ou à la société) de favoriser cette inclusion. Objectif : parvenir à trouver sa place. Chacun est acteur si l’environnement est facilitateur." écrivait-il dans sa "profession de foi" lorsqu'il fut élu au CAPFD 44 en 2019.

    Marcel a contribué à incarner note projet associatif "pouvoir d'agir pouvoir choisir".

    "Le monde est diversité, agissons pour que chacun y trouve sa place à part entière, pour que chacun puisse l'enrichir !" avait-il lancé dans une de ses dernières contributions.

    Nous avons perdu un AMI: Marcel nous continuons ton combat pour l'effectivité des Droits humains et l'accès à l'éducation pour tous.

     

    Les obsèques de Marcel auront lieu jeudi 12 mai à 14h30 en l'église d'Anetz  sur la commune de Vair sur Loire

    IMG_6146.jpg

    IMG_4311.JPG

     

     

  • Billet d'humeur de Jean-Pierre Blain

    Je suis Mécontent
     
    Lors d'un billet d'humeur précédent, j'ai invité tous les lecteurs concernés de ce blog, ainsi que les adhérents de notre département à prendre quelques minutes pour donner leur avis sur la perception de l'action de la MDPH 44 sur l'enquête nationale de la CNSA.
    Nous avons les résultats depuis quelques semaines.... et franchement, je dois vous dire ma déception de constater que notre département est celui qui a le moins répondu en proportion du nombre d'usagers de cet organisme !
    71 réponses pour près de 98 000 décisions dans l'année ! La Mayenne a eu 908 réponses pour 20 500 décisions (ils ont dû faire un phoning pour un score pareil...).
    J'espère simplement que notre crédibilité associative n'en prendra pas un MAUVAIS coup et que nous pourrons continuer à défendre VOS intérêts ; c'est aussi au travers d'indicateurs glanés lors de ces différentes enquêtes que se forgent les rapports de forces avec les politiques et les administrations diverses!
    Cette enquête confirme malgré tout un faible taux d'attribution d'AAH à 80% et plus (32 % pour une moyenne régionale de 50,4 %) sans doute une preuve de plus que l'attribution est plus que sélective ! et que nous sommes trop souvent sollicités pour défendre les droits de chacun.
    Par ailleurs, le délai moyen de traitement des dossiers, indiqué par la MDPH, est annoncé à 3,6 mois pour une moyenne régionale de 4.25 mois (on serait les meilleurs!), ce qu'il faut quand même savoir c'est que 35 % de l'activité concerne l'attribution des différentes cartes CMI (c'est ce qui semble le plus rapide à instruire...)
    Je ne vais pas vous ennuyer plus longtemps avec tous les résultats.
    Juste pour conclure, il y aurait un taux de satisfaction en 44 de 59% des décisions pour une moyenne régionale de 68.2 (ce qui est encore à notre désavantage) mais le faible taux de réponses ne permet pas d'en tirer des conclusions plus affirmées et ça c'est de notre faute collective...
    J'espère que nous pourrons continuer à vous défendre et à être entendus chaque fois que cela est nécessaire ; c'est nettement moins sûr après un désintérêt pareil !!!
     
    Portez-vous bien, malgré tout et espérons un joli mois de Mai...

  • Billet d'humeur d'Aurélien Barbarit

    Bonjour à toutes et tous,

    Aujourd’hui je veux partager avec vous la journée j’ai passé ce mardi 13 avril du côté de Clisson pour un exercice assez intéressant. L’objectif était de montrer les lieux accessibles en procédant par une vidéo. J’ai trouvé cela agréable de faire cette opération avec les membres du groupe Relais de Clisson, il était important vu de pouvoir se retrouver tout en respectant les gestes barrières et passer un bon moment.

    Nous, adhérents d'APF France handicap, sommes engagés pour défendre les droits des personnes en situation de handicap et de pouvoir se déplacer et aller dans les lieux recevant du public, nous continuons le combat de l’accessibilité universel, parce que le pouvoir public a mis de côté prétextant la crise sanitaire. Je ne suis pas d’accord avec ça. Je considère que malgré le contexte actuel, nous tous continuons de vivre et je cite cette expression de Monsieur le Président du Sénat Gérard Larcher "On ne confine pas la démocratie", et bien l'accessibilité non plus !

     

    Je vous souhaite à toutes et tous un bon weekend, et surtout prenez soin de vous

  • Marchez, courez et soutenez des actions autour du handicap

    Le sport est un vecteur d'inclusion. Nous agissons avec toute l'association pour améliorer d'une part l'accès à la pratique sportive et l'accessibilité des équipements sportifs, d'autre part pour promouvoir la dynamique de l'activité physique.

    Je suis moi-même sportive de haut niveau (en badmington) et je sais les bienfaits de la pratique au regard de mon handicap

    Dans cette période difficile, notre Délégation continue à agir et nous essayons de (re) donner le sourire à tous. C'est pourquoi, comme vous l'a dit jean-Pierre la semaine dernière, nous nous mobilisons pour la 19ème édition de la Fête du Sourire, notre campagne locale de solidarité qui aura lieu du 21 mai au 6 juin prochain.

    Lors de cette édition nous allons tous, citoyens de Loire-Atlantique, vous demander de participer à un événement "Run & Trail APF France handicap" qui aura lieu les 4, 5 et 6 juin (nous allons communiquer prochainement sur toutes les modalités d'inscription): vous pourrez courir, marcher, rouler en fauteuil, en joëlette... Chacun court depuis le lieu de son choix mais envoie ses résultats à l’organisateur) se déroulera du 4 au 6 juin prochain. C'est donc compatible avec le confinement que nous vivons aujourd'hui!

    Ligériens, partenaires, écoles, clubs de sport, grand public, personnes en situation de handicap ou non, tout le monde peut prendre le départ avec un seul leitmotiv : tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin !

    Chacun, quelque soit son niveau sportif, pourra relever son propre challenge avec des paliers de distance accessibles à tous. De 1 km à plus de 20 km, les coureurs pourront participer à cet événement fédérateur n’ayant pour seules limites celles que l’on a dans la tête.

    Je compte sur vous pour marcher, courir, rouler pour la cause du handicap.

    Isabelle Hallet, Représentante départementale adjointe

  • Billet d'humeur de Jean-Pierre Chambon

    Bonjour à toutes et à tous,

    Je voulais vous parler dans mon billet d'humeur de la nouvelle version de la Fête du Sourire cette année à cause de la pandémie car malheureusement il est vrai que nous ne pourrons pas être en présentiel dans les magasins, comme vous le savez, et sur nos différentes activités.

    Néanmoins cette Fête du Sourire va être beaucoup plus digitalisée.  Le numérique va nous aider à continuer cette très belle opération avec un enthousiasme toujours entier !

    Il est vrai que moi, représentant départemental, je compte encore cette année, malgré tout ce qui se passe, sur votre mobilisation ! Nous sommes en train de préparer quelque chose d'extraordinaire où chacun trouvera sa place pour continuer à parler d' APF France handicap. 

    Un exemple : nous allons mettre en ligne un catalogue avec tous les produits à vendre cette année.

    Je compte sur la mobilisation de chacun pour que notre fête du sourire digitale soit exemplaire comme vous avez toujours su le faire car c'est grâce à vous, adhérente et adhérents, famille, amis, que nous allons pouvoir continuer à nous battre pour nos droits, grâce à cette vente que nous allons faire avec autant d'enthousiasme que tous les deux années malgré cette pandémie, je compte sur vous !

    Merci beaucoup, on y croit et on y va à fond !

    Jean-Pierre Chambon, représentant départemental APF France handicap en Loire-Atlantique

  • Billet d'humeur de Marc Vérove

    Notre corps nous appartient-il?

     

    Si mon corps est ma propriété, j'ai le droit d'en user et d'en abuser comme je l'entends. J'aurais ainsi un usage libre de mon corps. Mais que pense la société de l'avortement, de l'euthanasie, de l'amputation ?

    L'avortement il y a encore beaucoup de réticence malgré la loi...

    L'euthanasie, une personne avec une maladie grave ne peut pas obtenir l'euthanasie en France sans l'approbation d'une quantité de bien penseur médecin, en suisse le suicide assisté donne pouvoir à la personne de faire son choix en toute liberté...

    Et l'amputation et oui la société s'en mêle aussi, un médecin peut ne pas vouloir l'amputation contre l’avis de son patient, un patient qui souffre d'un plexus ( bras totalement mort ) a dû aller devant les tribunaux pour pouvoir se faire amputer du bras et être appareillé. Moi personnellement j'ai souffert de mon corps pendant plus de 30 ans et plus de 10 ans de morphine, avant d'obliger un médecin à m'amputer et il l'a fait 2 fois ( amputation tibiale et ensuite désarticulation du genou ) car les médecins essaient toujours d'en garder le maximum pour eux c'est un constat d'échec et vous leur faites confiance.

    Aujourd’hui 4 ans plus tard, je ne souffre plus, je ne prends plus de médoc, je me dis que j'aurai dû le faire il y a 30 ans...

     

    Alors notre corps nous appartient-il ? 

    Prenez soin de vous.