Actualités

  • APF France handicap indignée face à la relaxe de la direction du lycée Molière

    Suite à l’audience d’Amélie M. au tribunal judiciaire de Paris, le 4 mars dernier, la justice vient de rendre sa décision : la direction du lycée Molière n’est pas condamnée pour infraction de discrimination liée au handicap. Une décision qui nous indigne. Nous déplorons la difficulté de faire reconnaitre aujourd’hui encore des actes de discrimination.

    Lire la suite

  • Quel que soit "les secousses" nous continuons à agir

    Chers acteurs

    A la suite de l'intervention du Président de la République jeudi soir, en lien avec les directives de notre Direction générale et en line avec notre CAPFD 44, voici les décisions prises pour notre Territoire 44:

    L’épisode épidémique s'intensifie. Si le dispositif sanitaire reposait initialement sur le confinement des 16 départements les plus touchés, il doit dès la semaine prochaine être étendu à l’ensemble de la France. Cette généralisation des mesures de freinage (extension du télétravail, limitation des déplacements inter-régionaux, ouverture des seuls commerces essentiels) se double par ailleurs d’une fermeture des établissements scolaires. 

    La Délégation de Loire-Atlantique reste ouverte et disponible comme nous l'avons toujours été depuis la fin du premier confinement. Nous tenons fortement à être aux côtés de tous et de montrer que quel que soit les "secousses" nous continuons à agir (la semaine des mobilités aura lieu du 26 au 30 avril bien sur avec notre opération de communication) et la Fête du sourire également du 21 mai au 6 juin (nous travaillons d’arrache-pied  sur cette édition singulière)

    Sur l'ensemble des départements, l’objectif est double :

    -          Maintenir la capacité de mobilisation des Délégations pour garder le lien avec les personnes en situation de handicap et leurs familles, et poursuivre nos projets et actions (en mode différent)

    -          Garantir un fonctionnement ininterrompu de l’offre de service médico-socialet sanitaire même si pour cela le fonctionnement courant doit être réévalué dans le cadre des plans de continuité d’activité.

    Il s’agit de renforcer les mesures de protection sanitaire des professionnels (avec des mesures de télétravail) et des personnes  tout en assurant la continuité des services .

    Tous les Groupes continuent en visio, nous recevons sur rdv (pour des rdv individuels), continuons les rdv politiques et nous avons la possibilité de sorties et de rassemblement en extérieur par petits groupes en plein air (6 personnes max) (Nous commencons d'ailleurs la semaine prochaine avec une sortie de 6 personnes du groupe Loisirs au Parc de la Roseraie à Nantes).

     

    Prenez soin de vous et au plaisir d'agir ensemble

     
    Grégoire Charmois, Directeur Territorial                         et                             Jean-Pierre Chambon, Représentant départemental
     
  • Une loi pour promouvoir le sport?

    Les députés ont adopté la proposition de loi LREM "Démocratiser le sport". Une mesure vise à garantir la pratique sportive dans les établissements et services médicaux sociaux. Un autre élargit le sport sur ordonnance aux maladies chroniques.

    Lire la suite

  • Et maintenant, l'Assemblée Nationale !

    APF France handicap dénonce de façon continue la prise en compte des revenus du conjoint dans l’attribution de l’AAH, qui pose de nombreux problèmes pour l’autonomie des personnes. L’Assemblée Nationale s’était prononcée, par un vote en février 2020, pour la fin de la prise en compte des revenus du conjoint pour cette attribution, contre l’avis du gouvernement. A la suite d’une première pétition, qui a recueilli plus de 100 000 signatures en début d’année, le Sénat s’est saisi à son tour de ce sujet et a adopté une proposition de loi visant à déconjugaliser l’AAH.

    Le gouvernement s’oppose toujours à cette mesure. Pour qu’elle soit adoptée, il faut donc forcer la main pour qu’elle soit inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée Nationale, et votée par les députés.

    Comme pour le Sénat, une nouvelle pétition est donc en ligne pour que cette proposition de loi soit mise aux voix au Palais Bourbon.

    Si la pétition atteint les 100 000 signatures, le bureau de l’Assemblée Nationale sera obligé de se saisir de ce sujet.

    Nous vous invitons donc à signer, faire signer et diffuser largement cette pétition :

    https://petitions.assemblee-nationale.fr/initiatives/i-352

     
     
    Le Conseil APF de Département de Loire-Atlantique
  • APF France handicap signe l’appel pour une vraie loi Climat

    Alors que le projet de loi Climat déposé par le gouvernement est loin d’être à la hauteur de l’urgence écologique et sera étudié le 29 mars prochain par l’Assemblée nationale, nous signons l’appel pour une vraie loi Climat aux côtés de plus de 150 organisations.

    Le 28 mars, à la veille de l’entrée du texte de loi à l’Assemblée nationale, des Marches seront également organisées partout en France. 
    Une mobilisation pour exiger une loi ambitieuse et défendre les mesures proposées par les 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.
    Une mobilisation qui rejoint nos valeurs, nos combats et notre ambition d’une société plus juste, apaisée et durable fondée sur les droits humains.
     
    En effet, dernier texte législatif du quinquennat consacré à l’environnement, il est en l’état très loin de l’ambition requise pour répondre à l’urgence écologique et atteindre les objectifs que la France s’est fixée. De nombreuses organisations, mais aussi le Haut Conseil pour le Climat, le Conseil national de la transition écologique et le Conseil économique, social et environnemental l’ont affirmé à de nombreuses reprises.
     
    Le gouvernement, après s’être renié sur de nombreux sujets et avoir été reconnu coupable d’inaction climatique, a mis de côté ou considérablement amoindri les propositions de la Convention citoyenne pour le climat que cette loi était censée reprendre.
     
    Les député.es, qui débattront du projet de loi en séance plénière à partir du 29 mars, doivent à présent prendre leurs responsabilités, notamment :
    • En renforçant les articles du projet de loi dans le sens d’une plus grande ambition écologique, notamment s’agissant de la rénovation thermique des bâtiments, de la réglementation de la publicité et de l’utilisation des engrais azotés, du recours aux menus végétariens dans la restauration collective, de la lutte contre l’artificialisation des sols, de la limitation des vols intérieurs en avion ou la responsabilité climat des grandes entreprises. 
    • En renforçant les articles du projet de loi dans le sens d’une meilleure prise en compte des aspects de justice sociale afin de rendre la transition écologique accessible à toutes et tous.
    Le 19 mars, dernier jour de l’examen du texte en commission, les jeunes pour le climat se mobiliseront. Le 28 mars, veille de l’examen du projet de loi, nous nous mobiliserons ensemble pour dénoncer son manque d’ambition et les manœuvres qui tentent de l’affaiblir, exiger une vraie Loi Climat à la hauteur de l’urgence écologique et défendre les mesures des 150 membres de la Convention citoyenne pour le Climat.