Transports

  • APF France handicap interpelle le Ministre délégué aux Transports

    Suite à des problèmes récurrents en matière de stationnement rencontrés par les personnes en situation de handicap, notre association vient d’écrire à Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué aux Transports.
    En effet, les personnes en situation de handicap se heurtent à des limitations de la gratuité du stationnement et à une multiplication d’applications numériques locales pour gérer le stationnement dans les villes. Des obstacles complexifiant leurs déplacements.
     
    Selon l’article L. 241-3-2 du Code de l’action sociale, « la carte de stationnement pour personnes handicapées permet à son titulaire ou à la tierce personne l'accompagnant d'utiliser, à titre gratuit et sans limitation de la durée de stationnement, toutes les places de stationnement ouvertes au public. »
    Le même article ajoute que « toutefois, les autorités compétentes en matière de circulation et de stationnement peuvent fixer une durée maximale de stationnement qui ne peut être inférieure à douze heures. »
    Or, il s’avère que non seulement un nombre croissant de collectivités limite la gratuité au-delà du seuil de 12 heures, mais qu’également les durées diffèrent d’une ville à l’autre, ce qui complexifie grandement la vie quotidienne des personnes en termes de lisibilité du dispositif.
    Nous demandons donc que la durée maximale de stationnement gratuit soit uniforme sur tout le territoire national.
     
    De plus, la dernière réforme de la municipalisation du stationnement avec le système LAPI (Lecture Automatisé des Plaques d’Immatriculation) a impacté les personnes en situation de handicap.
    Ainsi, de plus en plus de collectivités territoriales mettent en place des applications numériques locales afin que les titulaires d’une carte de stationnement (carte CMI et carte européenne) pour personnes en situation de handicap puissent se signaler pour pouvoir bénéficier de la gratuité afférente.
    Il en ressort 2 effets pervers :
    • Les collectivités demandent aux résidents titulaires d’une des 2 cartes, de se signaler sur leur application numérique locale. Or, le principe est qu’une carte de stationnement est attachée à une personne, non à un véhicule. Les pratiques des collectivités ne respectent donc pas ce principe. 
    • La multiplication des applications numériques locales complique aussi beaucoup la vie quotidienne des personnes en situation de handicap pour leurs déplacements. Pourtant, l’actuel Gouvernement s’est engagé à simplifier la vie administrative des personnes en situation de handicap.
    Aussi, nous demandons la création une application numérique nationale, ce qui faciliterait grandement le quotidien des titulaires d’une carte de stationnement.
     

  • BEST OFF 2019/2020 Aléop c'est pas pour nous ! Retour sur la manifestation du 1er octobre

    "ALEOP c'est pas pour nous!" : Tel était le cri de la centaine de militants APF France handicap de toute la région réunis pour dénoncer l'inaccessibilité des transports publics régionaux ce mardi 1er octobre à l'occasion des Rencontres Nationales du Transport public à Nantes.


    Alors que le Conseil régional met en avant "ALEOP c'est pour tout le monde", nous avons répondu par les multiples témoignages de terrain et de proximité qui montre l'inaccessibilité du réseau: problèmes sur l'accessibilité du matériel roulant, des arrêts, des quais, le manque de formation des chauffeurs

    Johanna Rolland, Maire et Présidente de Nantes Métropole est venue à la rencontre des militants pour s'inquiéter de l'inaccessibilité de la région.

    En l'absence de Christelle Morançais, Présidente de la région, c'est Roch Brancour, vice-Président aux transports qui est venu à la rencontre des militants. Échanges à partir des interventions des élus APF France handicap de la région.

    Nous restons plus que jamais mobilisé et nous attendons des actes et non des mots!

    Il en va du respect des Droits de l'Homme où tout citoyen doit pouvoir circuler librement là où il vit.

    DSC_1458.JPG

    DSC_1324.JPG

    DSC_1331.JPG

    DSC_1344.JPG

    DSC_1363.JPG

    DSC_1367.JPG

    DSC_1394.JPG

    DSC_1400.JPG

    DSC_1417.JPG

    DSC_1427.JPG

    DSC_1505.JPG

    DSC_1478.JPG

    DSC_1521.JPG

    DSC_1555.JPG

    DSC_1560.JPG

    DSC_1562.JPG

    DSC_1563.JPG

    DSC_1576.JPG

    DSC_1595.JPG

    DSC_1612.JPG

    DSC_1628.JPG

  • Une fiche incident transport suite à la manifestation du 1er octobre

    Le 1er octobre, nous avons manifesté à l’occasion de la 27e rencontre nationale des transports publics afin de dénoncer le manque d'accessibilité des transports Aléop.

    Dans ce cadre, de nombreux témoignages d’incidents de transport pour les personnes en situation de handicap ont été évoqués.

    Le bureau régional des Pays de la Loire APF France handicap à mis à disposition en ligne une fiche incident dans laquelle chacun pourrait retranscrire les problèmes dont il a été victime.

    Aussi, en collectant et rassemblant de nombreux témoignages, nous pourrons étayer nos revendications auprès des autorités et prestataires avec un certain nombre de faits objectifs et indiscutables. Le but étant de faire évoluer les choses pour rendre les droits des personnes à mobilité réduites effectifs.

     

    N’hésitez pas à relayer auprès de toutes personnes susceptible d’être concernés.

     

    Voici le lien de la version numérique de cette fiche : https://forms.gle/y3Pcc4QxRY6CyHm9A

    Vous pouvez également la remplir avec une personne de l'accueil à la Délégation.

    DSC_1439.JPG

     

  • Sondage sur le bien vivre dans sa ville: répondez avant le 30 novembre !

    APF France handicap et l'IFOP mettent en place une grande consultation nationale qui a pour principal objectif de recueillir le ressenti des citoyennes et citoyens français sur le "bien vivre" dans leur ville, commune, en matière de déplacements, d’accès aux commerces, logements, loisirs, démarches… en vue des élections municipales de 2020.

    Il sera donc question d’accessibilité pour tous, c’est-à-dire de savoir si vous rencontrez ou non des obstacles au quotidien dans votre ville, votre commune, pour vous déplacer dans les rues, prendre les transports en commun, aller faire vos courses dans des commerces de proximité, aller chez le médecin, etc. Les obstacles éventuels, les difficultés rencontrées peuvent être différents en fonction de la situation de chacune et chacun. Par exemple : des escaliers peuvent représenter un obstacle quand on est un parent avec une poussette ou que l’on se déplace avec des bagages, quand on s’est cassé une jambe ou que l’on est en fauteuil roulant, un manque d’indications sonores ou visuelles peut être un obstacle quand on a des problèmes de vue ou d’audition, etc.

    Vous pouvez participer à cette consultation jusqu’au 30 novembre en cliquant ici.