11 février 2017

Billet d'humeur de Yoann Durand

Image1.pngJe vais aujourd'hui vous parler d'un article de presse de Libération, édité dans le cadre de la journée internationale pour l'élimination de la violence à l'égard des femmes. C'est tout simplement glaçant et révoltant. On y apprend  que les femmes handicapées subissent beaucoup plus de violence que les femmes valides...

Le constat général des violences entre personnes et particulièrement envers les femmes étant déjà bien au delà de mon seuil de tolérance, j'aurais osé penser que dans ce cadre, les personnes en situation de handicap auraient été moins concernées par ces violences...

Sachant pourtant déjà que la volonté de l'être humain n'a pas toujours l'éclat de celle de la vie, je pensais probablement dans le déni que ce qui nous différencie des autres êtres vivants était cette capacité à avoir de l'empathie et de la compassion pour toutes les personnes et en particulier celles étant les plus vulnérables. Et oui à 41 ans, je me prends encore des claques dans mon égo d'humaniste... 

Selon l’ONU, plus de la moitié des femmes handicapées d’Europe, d’Amérique du Nord et d’Australie sont victimes de maltraitance, contre un tiers des femmes valides. L’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne révélait en 2014 que 34% des femmes handicapées avaient subi des violences de la part d’un partenaire, contre 19% des femmes valides.

Selon le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) ... : "Difficilement surmontables pour les femmes valides, les obstacles propres aux parcours des victimes de violences peuvent être infranchissables pour les femmes handicapées." "L’agresseur peut être l’aidant, quelqu’un dont la personne est dépendante pour les soins ou la mobilité".

Quand les femmes trouvent le courage d’appeler le numéro d’écoute, encore faut-il leur proposer des solutions adaptées. Il n’est déjà pas simple de mettre à l’abri une femme battue par son compagnon, ça devient un véritable casse-tête avec un handicap. «Il n’y a pas de centre d’hébergement accessible».

Je tenais à vous faire part de ça parce que je pense que ce qui nous lie dans nos situations différentes d'handicap, c'est cette entraide solidaire que nous avons. Nous sommes un grand réseau de personnes et devant ces chiffres, nous connaissons probablement des personnes concernées sans le savoir. Soyons vigilants.  

Je rappelle pour celles ou ceux que ça pourrait aider, le numéro spécifique de la ligne "Ecoute violences femmes handicapées (01 40 47 06 06) et plus largement le 39 19.

Personne ne doit demeurer dans la violence et l'irrespect, même pas vous.

Merci de votre attention et à bientôt.

Yoann Durand Conseiller APF de département

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.