Accessibilité Universelle

  • Un "stage de pauvreté obligatoire" proposé dans le grand débat

    Lundi 11 mars dernier Jean-Pierre Chambon, élu au Conseil APF de Département de Loire-Atlantique s'est rendu à une restitution des propositions émises à l'occasion du Grand Débat, au Conseil économique, social et environnemental (Cese).

     

    Les personnes en situation de fragilité, victimes d'un handicap ou précaires, ont proposé lundi "un stage de pauvreté obligatoire pour les élus et les hauts fonctionnaires et travailleurs sociaux", parmi une vingtaine de propositions à verser au grand débat.

    Une dizaine de délégations représentant les plus vulnérables dans la société ont élaboré ces propositions lors de débats en région.

     

    Parmi les propositions, un RSA dès 18 ans et la revalorisation des minimas sociaux, la fin du nomadisme d'hôtel en hôtel pour les familles pauvres, des accueils de jour pour les sans-abris 7 jours sur 7 toute l'année ou encore la gratuité des transports en commun pour les ménages les plus modestes.

     

    Des dizaines de consultations locales ont été menées dans toute la France par Emmaüs Solidarité, des antennes locales du service civique, APF France handicap, le Samu social de Paris, l'Armée du Salut à Marseille et Mulhouse notamment.

     

    François, de la résidence William Booth de l'Armée du Salut à Marseille, Nadine, de l'association APF France Handicap, Gamal du Samu social de Paris et plusieurs dizaines d'autres ont fait état de leurs constats et de leurs solutions devant le ministre chargé de la Ville et du Logement Julien Denormandie et la secrétaire d'Etat auprès de la ministre de la Santé Christelle Dubos.

     

    L'environnement n'a pas été oublié. "Tout le monde veut du bio, manger mieux est un enjeu de santé publique", a souligné Gamal. Bernadette, venue de Bretagne, a réclamé "la fin du glyphosate tout de suite", parce que "la santé de nos enfants c'est maintenant".

     

    Plusieurs délégués ont appelé les ministres à "faire appliquer les textes", qu'il s'agisse de la part des logements sociaux dans les villes ou de l'accessibilité pour les handicapés.

     

    Julien Denormandie a promis "non pas que tout sera repris mais que tout sera étudié avec précision".

     

    En préalable, les participants avaient noté qu'on les sollicitait toujours pour des témoignages, mais rarement pour leur expertise, une mise en garde pour la suite du grand débat.

     

    JPC.jpg

  • A Paris, une Cité universelle pour vivre avec le handicap - extrait du journal le Monde du 2 mars 2019

    A Paris, une Cité universelle pour vivre avec le handicap - extrait du journal le Monde du 2 mars 2019

    Le promoteur toulousain GA, un des lauréats inattendus de la deuxième édition de « Réinventer Paris », souhaite faire de son projet centré sur l’accessibilité une vitrine de la construction « hors site », modulaire et préfabriquée.

    Le projet de Cité universelle, à Paris,de la société toulousaine GA Smart Building.

    L’entreprise toulousaine, fondée en 1875, s’est fait un nom dans le bâtiment, en devenant la spécialiste française des constructions en structures de béton préfabriquées en usine. Avec son aventure parisienne, elle espère accélérer et incarner un virage stratégique alliant réflexion sociétale et qualité architecturale. « Nous voulons évoluer vers des bâtiments qui ont du sens, qui laissent une empreinte positive, décrit M. Matty. De plus en plus, les collectivités et les donneurs d’ordre veulent des propositions qui apportent un plus à la création de la ville, pas de simples projets immobiliers. “Réinventer Paris” est un précurseur de cette tendance. »

    150 millions d’euros

    GA l’a emporté à Paris avec un projet de « Cité universelle » guidée par le fil rouge de l’accessibilité et du handicap. Un ensemble de 30 000 m2, porté par quatre piliers. Au cœur du dispositif, un pôle sportif se donne pour ambition d’accompagner la professionnalisation du sport handicap. Son terrain multisport pourra accueillir 1 000 spectateurs, avec 20 % de places accessibles aux personnes en fauteuil, dix fois plus que ce qu’impose la réglementation.

  • Mardi de l'ORT // 12 mars 2019

    L'Observatoire Régional des Transports vous invite au prochain Mardi de l'ORT. Jean-Pierre Blain, représentant régional interviendra à cette occasion.

    PMR et transports collectifs : vers plus d'accessibilité entre autonomie et accompagnement personnalisé ?

    Quels sont les besoins pour des parcours voyageurs adaptés ?
    Quels sont les outils existants et à venir ?
    Quelles actions et services se mettent en place ?

    Mardi 12 mars 2019 à 13 h 45
    Maison des Compagnons du Devoir
    48 quai Malakoff - Nantes

     

    Pour accéder à la programmation et vous inscrire, cliquez ici.

  • Compensation du handicap : la PCH attend un second souffle

    Constat unanime : la prestation de compensation du handicap doit évoluer pour mieux couvrir les besoins réels des bénéficiaires. Le gouvernement a constitué des groupes de travail chargés de faire des propositions. Mais il est d’ores et déjà certain que la PCH ne sera pas ouverte aux personnes devenues handicapées après 59 ans.

    C’est l’une des plus belles avancées de la loi handicap du 11 février 2005. Mais la prestation de compensation du handicap (PCH) n’est pas la prestation accessible à tous, compensant toutes les conséquences du handicap et à hauteur des besoins réels, que le texte adopté il y a quatorze ans jour pour jour pouvait laisser espérer.

    La situation se dégrade

    La PCH ne couvre pas les besoins en aide-ménagère. Elle laisse de lourds restes à charge aux bénéficiaires, sur les aides techniques ou l’aménagement du logement notamment. Elle ne répond pas aux besoins spécifiques des enfants en situation de handicap. Les femmes et les hommes dont le handicap survient après 59 ans ans ne peuvent y prétendre. Et la liste est loin d’être exhaustive.

    Surtout, la situation se dégrade. L’évaluation des besoins et les décisions des commissions des droits et de l’autonomie des personnes handicapées sont de plus en plus restrictives. Sans doute, sous la pression des principaux financeurs de la PCH, les conseils départementaux.

    Une occasion manquée

    Le lancement, en octobre dernier, de la concertation grand âge et dépendance aurait pu offrir l’opportunité de revoir ce dispositif. Il n’en sera rien, les associations de personnes handicapées n’y étant pas associées. Leur comité d’entente s’en est d’ailleurs ému.

    « Et la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a clairement dit que la porte d’entrée de ce chantier ne se ferait pas sur la convergence des dispositifs et des prestations concernant les personnes en situation de handicap et les personnes en perte d’autonomie liée à l’avancée en âge », pointe Malika Boubékeur, la conseillère compensation d’APF France handicap. L’article 13 de la loi de 2005 stipulait pourtant que, d’ici 2010 (!), le droit à la PCH devait être ouvert aux plus de 59 ans.

     

    Cet article est entièrement disponible sur le site du magazine Faire Face.
     

    apf_cp_deutricotage_v2_00000003.jpg

  • REPAIR AIDANT LES 6 & 7 MARS LAVAL-NANTES

    Sans titre.png

    RePairs Aidants est une action de sensibilisation-formation de d’APF France handicap pour les parents, conjoints et autres proches qui sont aidants familiaux. Elle consiste en une proposition de modules de formation co-animés par un binôme professionnel et aidant pairformateur (aidant familial formé aux dynamiques de groupe).

    • Vous vous retrouvez dans le terme d’aidant familial, cela vous pose question, vous interpelle…
    • Vous avez envie de vous appuyer sur les compétences de professionnels et d’échanger avec des personnes qui traversent des expériences similaires.
    • Vous aimeriez partager des trucs et des astuces autour de difficultés rencontrées au quotidien et construire ensemble des pistes de solutions…

    Venez participer à l’action RePairs Aidants pour au final contribuer à l’amélioration de votre qualité de vie.

    APF France handicap propose de mettre en place une session sur le thème de :

    Etre aidant familial : quelles répercussions familiales, professionnelles et sociales

    La 7 mars 2019

    de 9h00 à 17h00

    IEM La Marrière, 94 rue de la Marrière, 44300 Nantes.

    Nous souhaitons constituer des groupes de 10 participants ; le repas seraproposé sur place

    Vous êtes intéressés merci de bien vouloir, nous envoyer un message (téléphone ou mail) au contacts suivants : 02.28.01.26.00 ou dr.pays-de-loire@apf.asso.fr
    avec vos coordonnées : Prénom, Nom, numéro de téléphone et adresse mail ; ceci tiendra lieu de pré-inscription et nous reviendrons vers vous pour confirmer votre participation.

    Vous pouvez également vous inscrire à l’aide de la fiche jointe.

    Plus d’informations concernant cette action ? rendez-vous sur le blog http://repairsaidants.fr

    N’hésitez à en parler à des personnes qui pourraient être intéressées.

     

                                                                                                    

    Afin de faciliter votre participation aux actions de sensibilisation, le remboursement des frais de suppléance (montant de remboursement sur facture : 25 euros/ h maximum) est prévu

    Suppléance                          Besoin de l’intervention d’un professionnel auprès de la personne aidée pour les heures de sensibilisation ?               OUI   c*             NON   c

     

    *Attestation de suppléance à télécharger et remplir

    Remboursement à réception de la facture. Merci d’envoyer les éléments à   aidants.familiaux@apf.asso.fr ou APF France

  • Grand débat national : APF France handicap ouvre sa plate-forme de consultation citoyenne

     

    grand_debat_ (1).png



    Le Grand débat national est lancé. Jusqu’au 15 mars, les Français.e.s sont invité.e.s à
    donner leur avis. Dès mi-janvier, APF France handicap encourageait les personnes en
    situation de handicap à participer en nombre à cette expression citoyenne.
    Aujourd’hui, APF France handicap ouvre sa propre plate-forme participative afin de
    faire remonter les revendications des 12 millions de personnes en situation de handicap
    et de leurs proches.

    Pour APF France handicap, il est important que les personnes en situation de handicap et leur
    famille soient visibles et fassent entendre leurs voix dans le cadre de la consultation du
    gouvernement.

    Toutefois,

    les quatre thématiques proposées par le Grand débat national n’abordent pas les
    préoccupations spécifiques des personnes en situation de handicap et de leur famille.

    Aussi, APF France handicap met en ligne une plate-forme
    collaborative sur laquelle cinq projets de consultations dédiés au
    handicap sont proposés : le respect et la liberté des droits
    fondamentaux, l’accès à la cité, l’accès à l’emploi et à l’éducation, la
    reconnaissance d’une protection sociale réelle et la garantie d’une
    vie sociale et familiale épanouie.



    Au sein de ces cinq piliers, les participant.e.s peuvent trouver
    quarante propositions sur lesquelles réagir librement, voter pour ou
    contre et exprimer de nouvelles idées.

    L’ensemble des contributions recueillies sera précisément exposé dans un document adressé
    à la Mission Grand Débat.

     

    Cliquez ici pour accéder à la plateforme